Factuellement correct #5-1b | Elle court, elle court et enfle…la rumeur

Web_PecheNon contents de continuer de relayer des rumeurs pourtant démenties depuis 36 heures, voilà que les Observateurs décident d’en rajouter une grosse couche en recopiant mot à mot un billet publié par Nouvelles de France (NdF) basé….sur des témoignages d’anonymes relayés par d’autres anonymes sur un forum d’extrême-droite. Certes, le titre se présente sous la forme d’une interrogation, mais comme les Observateurs ne les questionnent en rien, ils laissent entendre que l’on peut considérer ces témoignages comme crédibles sans trop de risque de se tromper. En effet, un média d’information digne de ce nom ne reprend pas, à priori, des propos dénués de toute crédibilité, surtout s’il n’a pas pu les vérifier avec une certitude absolue. Cela fait partie du contrat non-écrit entre un éditeur médiatique et ses lecteurs.

Le problème est que des informations issues de sources anonymes, reprises par d’autres anonymes et postées sur un forum ne sont, jusqu’à preuve du contraire, que des ragots. En effet, d’une part, le récit proposé, à savoir que des jeunes des banlieues auraient saboté les rails pour faire dérailler un train (et dépouiller ensuite les victimes? Je ne savais pas que les jeunes des banlieues se prenaient pour des brigands de grands chemins version Far-West) n’est pour l’instant pas vérifiable. Ensuite, on ne sait rien des sources elles-mêmes. Or, en l’absence de possibilité de confirmer une information, il faut au moins pouvoir faire confiance à la source, en se basant sur sa constance à dire les faits et à chercher la vérité. Là, on n’a même pas ce niveau minimal de certitude. En tant que média d’information, Les Observateurs n’avaient donc aucune raison de reprendre ce récit. Du moins pas tel quel, sans signaler que les source ne sont pas du tout sûres et que leurs propos n’ont absolument pas été vérifiés et que donc, en l’occurrence, on ne sait pas.

De plus, la rédaction des Observateurs.ch n’est pas sans savoir qu’un site comme NdF fait de la propagande, pas de l’information. Pour s’en convaincre, il suffit de lire d’autres billets du site, comme celui-ci, intitulé: 1789 : Fin de la démocratie française. Cela signifie que le titre sous forme de question Derrière le déraillement du train en garde de Brétigny-sur-Orge, «les jeunes des cités» ? n’est que rhétorique et implique déjà une réponse affirmative. Surtout lorsque l’on constate que le billet de NdF ne reprend que les messages les plus affirmatifs du forum auquel il fait référence, ignorant soigneusement les quelques intervenants plus prudents et dubitatifs. En recopiant ce texte, qui n’est pas le premier que les Observateurs reprennent de ce site, ils apportent leur caution à cette manière de faire. Ce faisant, ils contribuent à diffuser une forme de dénigrement gratuit et malsain, qui, en plus, n’a rien d’anticonformiste. En effet, comme je le remarque de plus en plus, le véritable anticonformisme aujourd’hui réside plutôt du côté du scepticisme et de l’approche rationnelle du monde. Pas dans les raccourcis intellectuels et les préjugés grossiers.

Pour un site qui prétend diffuser une vision de l’actualité suisse libérée de la pensée unique, j’ai plutôt l’impression qu’il cherche à nous proposer une vision de l’actualité suisse libérée de toute rigueur et déontologie journalistique. Deux attitudes relevant vraisemblablement trop de la pensée unique pour le fondateur de ce blog.

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.