Earth, Humanism and agroecology: Our visit to the Ardèche agroecologists

This is an English translation of a blog post published in French by the Ardèche chapter of the AFIS (Association française pour l’information scientifique – the French Asssociation for Scientific Information) back in 2012 about their picturesque visit to a so-called experimental agroecology farm in the Southern France region of Ardèche. …

Plus | More

Au fil des débats #7-2 | Avaaz et la désinformation totale sur le glyphosate

Mardi soir, j’ai reçu un email de l’organisation Avaaz demandant à ses membres de donner un dernier coup de pouce financier pour obtenir la victoire dans son combat contre le glyphosate et Monsanto. Bien que ce ne soit pas le premier message de propagande totalement incorrecte que je reçois de …

Plus | More

Au fil des débats #5-3 | La science selon Jacques Grimault et Patrice Pooyard

Avant de plonger dans ce billet sur la science selon Jacques Grimault (JG) et Patrice Pooyard (PP), je dois faire un aveu. Je ne connais presque rien d’eux et n’ai entendu parler d’eux qu’une ou deux fois avant que le duo zététicien de la Tronche en Biais (TeB) n’ait l’idée de …

Plus | More

Commentaire à chaud #9| Du problème à baser une loi sur des thèses pseudo-scientifiques

JugeIl semblerait que le parlement français s’apprête à se prononcer sur une proposition de loi visant à reporter le point de départ de délai de prescription des agressions sexuelles au jour “où l’infraction apparaît à la victime dans des conditions permettant l’exercice de l’action publique.  Cette nouvelle législation se base sur l’idée du refoulement d’événements traumatiques ancrée dans la psychanalyse. Celle-ci postule qu’au moment d’une agression ou d’un événement particulièrement choquant et douloureux, un mécanisme psychique de défense enferme à double-tour le souvenir pathogène dans un tiroir de l’inconscient, d’où il continuerait de hanter la victime sans qu’elle puisse faire le lien entre son mal-être et le choque qu’elle a subit. Les 20 ans de délai entre l’âge de la maturité (18 ans) et la prescription du crime serait donc trop court, puisqu’il faudrait parfois des décennies aux victimes pour recouvrer la mémoire de leur traumatisme. Plus | More