On-the-spot reaction #3-1 | Opposing GMO without knowing what GMO stands for

choux_furieuxSomething that has always surprised me is how little people opposing GMOs know about GMOs or even about overall genetics. They will make many wild claims about how marketed genetically modified plants can cause cancer, poison you and destroy the environment, but when you ask them to get into more details, they will either run to Google, trying to find any sources of authority that will comfort their opinion, or call you a Monsanto shill. Or they’ll change the topic turning to issues such as immoral patenting, corrupted greedy corporation and sold out scientists (forgetting about the few but very real scientists on « their side » who are putting ideology before science, like Gilles-Eric Séralini).

But what happens when you’re interviewing people away from their computer and asking them to answer on the spot, before a camera, meaning that they can’t even search for info on the Web from their smartphone? This is what Jmmy Kimmel did at a local farmers’ market and the result is probably actually quite unnerving for any anti-GMO activists. If the persons who accepted to be interviewed can be considered to represent the average US consumer of organic food, then this video could show without any mistake possible that the anti-GMO movements have been able to scare people about GMO although most have no clue at all what GMO are or even what those three letters stand for! So, when they claim that people have a « right to know », we are here left wondering « what » they would like people to have the right to know….Well, that is, if this video is really representative of the population it claims to sample. I must say that some of the answers seem to me to so ignorant that it leaves me wondering….

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.