Bloggo #1: Je débats, donc je suis!

Pourquoi ce blog?

Pour plein de raisons qui peuvent être résumées dans le slogan suivant: Je débats, donc je suis! Et comme je suis, j’aimerais bien que ce soit avec mon propre nom de domaine!

En effet, j’adore débattre et échanger avec des gens ayant des visions du monde différentes, voire opposées à la mienne. Et le Web est donc un vrai paradis pour moi…enfin, devrait en être un! Depuis que je suis active sur la toile, soit depuis 1996, j’ai souvent l’impression d’être plutôt plongée dans l’enfer du pugilat verbal et du dialogue de sourds. Plus précisément, j’ai remarqué que, depuis maintenant une dizaine d’années, le drapeau du « politiquement incorrect » a tendance à être agité dans tous les sens, et le plus souvent, pour contrer d’avance toutes oppositions à des affirmations généralement complètement fausses.

Certains semblent même s’en faire les champions, déboulant souvent dans l’arène en claironnant à tue-tête que ce qu’ils vont dire va forcément choquer parce que « politiquement incorrect ». Habituellement, la déclaration tonitruante s’accompagne d’une complainte plus ou moins longue (et ennuyeuse) sur la « pensée unique » et la « bien-pensance » qui dominerait l’ensemble des débats et des médias. Ce qui a presque systématiquement le désavantage de tuer dans l’œuf toute possibilité d’échanges contradictoires, mais courtois et constructifs, pour générer plutôt des quasi-rixes verbales! Et les pourfendeurs auto-proclamés du « conformisme » d’accuser alors leurs contradicteurs de tenter de les réduire au silence après avoir provoqué une bagarre généralisée sur le site, le forum ou le fil de discussion en question!

Il apparaît donc que la généralisation des technologies permettant la prise de parole en public n’ait pas été accompagnée d’un véritable apprentissage du débat. En effet, trop de gens le conçoivent encore comme un ring de boxe où il faut simplement abattre son adversaire jusqu’au K.O. verbal et ne s’y engagent donc que dans l’idée de défendre leur droit à s’exprimer et à avoir les opinions qu’ils veulent, aussi loufoques qu’elles puissent paraître à la partie adverse. Or, le débat est certes un sport de combat intellectuel, mais pas un jeu de massacre. Il s’agit de confronter ses idées aux autres et de voir lesquelles tiennent le mieux la distance lorsqu’elles sont soumises à un examen rationnel et collectif, pas de les tuer.

Avec ce blog, j’espère contribuer à cultiver un peu plus le sens du débat, en essayant d’en faire une sorte de carrefour entre mes contacts sur les divers réseaux sociaux que j’utilise et d’autres blogs ou sites en tous genres. Je n’ai donc pas forcément l’intention de lancer de nouveaux débats, mais plutôt de m’insérer dans des discussions existantes en proposant des analyses transversales. Mes billets seront de longueur variable, en fonction du type d’intervention et du sujet, mais j’essaierai de développer une écriture aussi allégée que possible, combinant les exigences de la rédaction académique et du format journalistique.

Je pense qu’un des moyens de promouvoir cette culture du débat est déjà d’essayer de comprendre pourquoi nous avons tellement de mal à débattre sans partir en vrille. J’ai donc l’intention d’analyser la manière dont cette notion de « politiquement (in)correct » est utilisée dans des polémiques concernant un certain nombre de thèmes politiques et sociétaux et ce qu’elle reflète de notre capacité à supporter la contradiction.

Je voudrais aussi aborder un thème connexe qui est l’invocation de la science à tort et à travers dans des controverses sur des sujets en partie scientifiques (mais aussi et surtout politiques et philosophiques). En effet, j’ai remarqué que l’appel à l’autorité scientifique sert un peu trop souvent à essayer de rabattre le caquet de la partie adverse.

Par ailleurs, j’ai l’intention de poursuivre ici une autre activité, déjà élaborée sur mon blog hébergé chez WordPress.com: le démontage de tentative de désinformation et de ré-information, que je considère comme étant simplement les deux faces d’une même pièce, la propagande. En effet, la diffusion de rumeurs infondées, d’informations fausses ou biaisées et de préjugés éculés constitue un autre élément empêchant un débat constructif. Par ailleurs, j’ai décidé de transférer une partie des billets de mon blog précédent ici, ce qui explique qu’il y ait déjà plusieurs dizaines d’articles précédant celui-ci. Je reproduirai aussi ici les pages concernant ma thèse de doctorat, déjà publiée sur WordPress.com.

Enfin, je reste quand même avant tout une intello à lunettes qui a usé ses jeans sur les bancs de l’université. Je vais donc continuer de relayer les nouvelles concernant les disciplines que j’ai étudiées ces dernières années et les objets de mes recherches, notamment l’évolution de l’industrie du divertissement audiovisuel.

Ce blog constitue donc un terrain d’expérience à la fois intellectuel et social. C’est un moyen de me creuser ma place sur la toile et mon pied-à-terre numérique. Il est donc appelé à changer au fur et à mesure que mes usages du Web évolueront et que l’ensemble de cet univers, avec ses règles dites et non-dites, se transformera.

Je ne sais donc pas ce que va donner cette nouvelle expérience, mais je me réjouis d’avancer un peu plus dans ce labyrinthe en-ligne et de découvrir de nouvelles idées et pratiques au détour d’un chemin de la vaste toile…parce que moi aussi, je rêve de la richesse et de l’histoire des mystérieuses cités numériques….tatatadaaa!

[kad_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=RrpRWEndePA » width=500 height=400 ]

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.