Au fil des débats #1-4 | Politiquement incorrect: avant-gardiste ou arrière-gardiste?

Ils se défendent souvent d’être d’« extrême droite », puisqu’ils transcenderaient tous les clivages Qui sont-ils ? Ce sont les sites, nombreux et interconnectés, qui défendent une version nationaliste de la souveraineté nationale, une version xénophobe d’une prétendue identité française [suisse], un libéralisme économique national opposé au libéralisme économique transnational, une critique de la globalisation capitaliste qui, sous le terme de mondialisme, esquive le qualificatif.

Comme ce fut toujours le cas avec l’extrême droite et culmina avec le fascisme et le nazisme, les sites d’extrême droite se nourrissent de thèmes apparemment anticapitalistes contre « l’oligarchie » ou la « tyrannie médiatique », et se drapent derrière la défense du « peuple » – le « vrai » – contre les élites. Dans leur prose et leurs vindictes, l’islam d’aujourd’hui – rebaptisé islamisme – a remplacé le judaïsme d’hier. Les apatrides ce ne sont jamais ceux qui le sont réellement : ce furent les juifs, ce sont désormais les musulmans et les « élites mondialisées ». Au nom de quoi, ces représentants de la pureté française [suisse] se présentent comme des briseurs de « tabous », des pourfendeurs de la «  pensée unique  », des ennemis du « politiquement correct ».

Certains de ces sites – mais pas tous – se réfèrent ouvertement au Front National [à l’UDC]. Leur point commun ? Tous les médias qui ne partagent pas leur point de vue sont des ennemis. Et face à l’ennemi, un seul mot d’ordre : à l’assaut ! On l’a compris : leurs prétendue critique des médias n’est que l’habillage de leur propagande générale et d’un projet politique global.

Voici une excellente description de la rhétorique de ceux que l’on pourrait appeler les nouveaux réactionnaires qui tentent de faire passer une discours supposément politiquement neutre, basé sur des préjugés éculés et des stéréotypes communs, pour de l’avant-garde anticonformiste. Quand j’ai lu cette première partie de l’article d’ACRIMED, intitulé L’extrême droite à l’assaut des médias et de la critique des médias, j’ai immédiatement pensé aux Observateurs.ch, un site fondé, au début 2012, dans le but de proposer un média conservateur de droite visant à contre-balancer la supposée pensée unique gauchisante qui prédominerait dans les médias romands. En fait de journalisme, comme le montre aussi ce billet de blog de Martin Grandjean, on a surtout à faire à un blog d’opinion, regroupant des contempteurs de la gauche et des fans de l’UDC, et aux pratiques de publication quelque peu douteuses. Ce texte pourrait parfaitement s’appliquer à eux. Il suffit de remplacer « français » par « suisse » et tout colle. D’ailleurs, la rédaction du blog n’hésite pas à reprendre, parfois intégralement, des articles publiés sur les sites d’extrême-droite cités par ACRIMED, tels que Polémia, Salon Beige, Nouvelles de France, Novopresse, F. de Souche, souvent tel quel, ou avec un bref commentaire laudateur. Ces sites renvoient d’ailleurs parfois l’ascenseur aux Observateurs.ch de telle sorte que l’on peut considérer que ce blog appartient bien à une communauté de pensées sur le Web, située à l’extrême-droite, quoique la « Rédaction » s’en défende constamment.

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.