Au fil des débats #1-3 | Et si les « moutons noirs » étaient les vrais porteurs du politiquement incorrect?

Comme pour n’importe quelle plateforme électronique, on trouve de tout au quotidien sur Facebook. Là, je viens de tomber sur la caricature « moutonnière » suivante:

moutons_blancs_idiots_vs_mouton_noir_intello

J’ignore qui en est l’auteur, mais elle offre, bien involontairement je pense, une réponse bienvenue à une autre image très connue en Suisse (mais aussi dans d’autres pays) depuis une certaine votation:

Affiche de la campagne UDC pour son initiative "pour le renvoi des étrangers criminels", acceptée en votations le 28.11.2010.

Affiche de la campagne UDC pour son initiative « pour le renvoi des étrangers criminels« , acceptée en votations le 28.11.2010.

D’après l’UDC, il s’agissait évidemment de reprendre la métaphore du rejet de la « brebis gâleuse » par le groupe, afin d’éviter sa contamination, puis sa désagrégation. Néanmoins, vue l’obsession du parti pour le « tip-top propre en ordre », particulièrement illustrée par les propos de son président interviewé récemment par l’émission Mise au Point, on peut estimer que la notion de « mouton noir » est ici plus large. En effet, comme la définition de l' »étranger criminel », dans les propos des défenseurs de l’initiative, était assez floue, puisqu’elle impliquait non seulement des personnes ayant purgé des peines de prison, mais aussi celles ayant été condamnées au civil, pour des délits allant de la fraude aux assurances sociales à la simple accumulation d’amendes d’ordre (mauvais parking par exemple), on peut donc être sérieusement tenté de penser que cette affiche ne stigmatisait pas uniquement les fauteurs de troubles à l’ordre public et social, mais bien aussi tous ceux qui sortent simplement des rangs et se distinguent.

En effet, j’avais déjà remarqué à l’époque que cette image de l’UDC, censée distinguer entre eux (les « étrangers criminels ») et nous, les « bons Suisses » et éventuellement la minorité de « bons étrangers » bien assimilés, donnait quand même une image un peu particulière des « honnêtes gens » dont le parti se présente comme un champion. Après tout, on parle quand même de moutons, avec tout ce que cela charrie de connotations, parfaitement illustrées par la première caricature affichée plus haut! Alors, même s’il peut effectivement sembler tiré par les cheveux de voir dans cette affiche un message contre les personnes de couleurs, une interprétation que certains ont tenté de faire accepter en vain par des juges en invoquant le fameux article 261bis du code pénal, il n’en ressort pas moins de cette image que le parti populaire se représente les « honnêtes gens » comme une masse grégaire et uniforme d’idiots agissant comme un troupeau. Et apparemment, il y a environs 30% de Suisses qui ne voient aucun problème à être considérés de la sorte.

Et pas que des Suisses d’ailleurs, puisque cette affiche a eu un certain succès auprès de l’électorat du NPD allemand, qui l’avait reprise pour sa campagne régionale.

npd_moutons

Certes, l’objet de la votation n’était pas tout à fait la même, mais le fond, lui, reste: les « honnêtes gens » sont des moutons qui doivent expulser tous ceux qui ne se fondent pas dans le troupeau et ne se conforme pas exactement en tous points à son comportement. Et naturellement, le simple fait d’être « étranger » vous rend automatiquement suspect de déviation de la norme.

De toutes évidences, certains citoyens européens n’ont aucun problème à être traités comme des bestiaux sans cervelles, menés en troupeau à la baguette!

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.