Le fil d’Ariane #3 | Soutenance de thèse

Et voilà qui est fait! J’ai enfin soutenu ma thèse et il ne me reste donc plus qu’à finaliser ma dernière copie (corrections et autres coquilles)! Un véritable soulagement, même si on peut dire que le jury ne m’a pas laissé filer comme cela! La soutenance a quand même duré ses trois belles heures!  J’en suis sortie comme un ravioli qu’on aurait passé à la vapeur! Vous pouvez donc m’appeler Dr. Dim Sum!

A part cela, il faut se rappeler que tout cela avait lieu à Strasbourg, un véritable petit bijou urbain que j’adore visiter et je dois dire que je m’en suis donné à cœur joie une fois l’épreuve passée! Je suis naturellement retournée voir la Cathédrale et sa magnifique horloge astrologique ainsi que l’incontournable Musée de l’œuvre de Notre-Dame, une véritable merveille! J’ai aussi passé une demi-journée dans chacune des deux autres magnifiques institutions sises juste à côté, dans le Palais de Rohan: le Musée des Arts Décoratifs et le Musée des Beaux-Arts, à voir absolument!

Mini-tour de ville:

On commence naturellement par le côté pittoresque, que l’on peut difficilement éviter lorsque l’on vient à Strasbourg. Tout d’abord, la ville est construite au bord de voies fluviales qui la traversent de part en parts. Des ponts relient à intervalles réguliers les quartiers ainsi divisés.

Photos_Strasbourg_Oct2013_1

Impossible de visiter la ville sans faire un saut dans son quartier-carte postale et donc le plus touristique après la place du château devant la cathédrale, j’ai nommé la Petite-France. Cependant, ça reste un endroit charmant et agréable, malgré les nombreux photographes amateurs qui causent parfois carrément des bouchons sur les petits ponts en posant les uns pour les autres!

Photos_Strasbourg_Oct2013_2

Quand on voit ces façades rutilantes, avec ces magnifiques balcons soutenus par des colombages et ornés d’une avalanche de géraniums rouge vifs, on a du mal à croire qu’au Moyen-Âge, cette partie de la ville hébergeait les plus miséreux, porteurs de maladies vénériennes que l’on isolait du reste des habitants pour éviter qu’ils ne les contaminent. C’est de là que vient le nom du quartier, ces infections étant associées avec la mauvaise morale des Français tels qu’on les percevait à l’époque où la ville était encore essentiellement sous influence germanique.

Le très beau Palais de Rohan, comprenant trois institutions muséales de première importance, et la splendide cathédrale gothique, juste en face, sont évidemment deux arrêts incontournables pour tout voyageur de passage à Strasbourg.  Cette dernière possède l’une des plus hautes flèches d’Europe, avec celle des cathédrales de Paris, de Milan et de Cologne. D’ailleurs, elle peut servir de point de référence pour toute personne ayant un mauvais sens de l’orientation. Une fois que vous êtes sur la place devant ce monument architecturale, vous pouvez facilement retrouver votre chemin vers les autres quartiers de la ville.

Photos_Strasbourg_Oct2013_3Mais, il n’y a pas que des musées et des monuments à voir. Strasbourg est aussi une ville où il est très agréable de se promener, à pieds, à vélo ou en bateau. Ces jours-là, nous avons été gâtés avec un temps magnifique d’été indien, nous apportant une très belle lumière. Même si mon appareil de photo sur mon téléphone portable est loin de rendre justice à l’environnement dans lequel j’ai pu déambuler, il était aussi difficile de complètement rater mes clichés.

Photos_Strasbourg_Oct2013_4Et une petite dernière pour aujourd’hui:

Photos_Strasbourg_Oct2013_5

Et non, vous ne verrez pas de photo de moi m’empiffrant éhontément des excellentes spécialités strasbourgeoises que j’ai découvertes durant ces quelques jours et dont j’ai ramené quelques échantillons (nougats et pains d’épices) à la maison!  Là, ça relève vraiment de ma vie privée!

Mais, comme je devrai y retourner, je posterai peut-être de nouvelles photos et aussi quelques informations sur des chambres d’hôtes que j’ai pu expérimentées ces derniers mois lors de mes passages dans la capitale alsacienne!

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.