Simplement correct #5-1 | Des charognards? Vraiment?

vulture_dead_end_51928Comme je l’ai déjà remarqué à plusieurs reprises dans mes billets, ce n’est pas la déontologie journalistique, ni même les scrupules moraux qui risquent d’étouffer la rédaction du blog d’opinion Les Observateurs.ch. On peut dire que cette dernière avait déjà crevé plusieurs niveaux du sub-zéro journalistique lorsqu’elle reprenait un chiffon d’insultes toutes plus grossières les unes que les autres à l’égard des FEMEN ou encore en proposant en accroche sur la page principale du blog une affirmation pourtant complètement démentie dans le billet. Là, elle s’enfonce un peu plus en nous relayant une actualité….que pratiquement tous les acteurs impliqués démentent depuis 36 heures! Et oui, il semblerait que le médiatiquement incorrect, c’est-à-dire inexacte, voir erroné, des Observateurs.ch, ne soit pas sur le point de s’essoufler.

En effet, comme l’ont bien démontré un billet de Mathieu Géniole, sur le blog du Nouvel Obs, et le site Debunker de rumeurs/hoax d’extrême-droite, l’information selon laquelle des jeunes de banlieues aurait profité du chaos généré par le déraillement d’un train à Brétigny (banlieue parisienne) le 12 juillet 2013 pour dépouiller les cadavres ou, pire, les blessés encore vivants, et auraient « caillassé » les policiers et les pompiers qui tentaient de les en empêchaient était complètement infondée. Ne reposant que sur le témoignage non-vérifié d’une porte-parole d’Alliance, un syndicat policier proche de l’extrême-droite, et sur le commentaire twitté d’un membre du Front National, ces assertions sont pourtant démenties depuis vendredi soir, non seulement par les médias, mais aussi par la Croix-Rouge, les pompiers et le SAMU présent sur place.

Pourtant, cela n’a pas empêché Morgane Menguy de pondre hier sur Boulevard Voltaire un billet rageur et injurieux contre ces charognards sortis de leurs cités, finement intitulé: Brétigny, les jeunes vous emmerdent, repris aujourd’hui tel quel par les Observateurs.ch. Certes, il est possible qu’elle n’ait pas eu vent immédiatement de ces rectifications. Mais, il est peu probable qu’elle n’ait pas été au courant des dénégations qui se faisaient entendre depuis samedi matin tôt sur les principales radios françaises, comme France-Info, et qui ont été reprises par la plupart des médias, comme l’illustre ci-dessous le cas de libération.

Plus précisément, voilà ce qui était relaté dans l’article de Libé:

Sur place, les secouristes de la Croix-Rouge intervenus n’ont pas vu de pillage. «Nos équipiers n’ont rencontré aucun problème avec des badauds. Il n’y a pas eu d’agressions, nous avons travaillé de façon tout à fait normale», a déclaré à l’AFP Jean-François Riffaud, le directeur de la communication de la Croix-Rouge qui était à Brétigny vendredi. Quelques 90 «équipiers» de la Croix-Rouge, ont été mobilisés «à partir de 18h30», selon Jean-François Riffaud, soit 1 heure 15 après l’accident.

Même son de cloche du côté du Samu de Paris. Le chef de service Pierre Carli, a dit à la presse qu’il n’avait pas eu connaissance d’éventuels caillassage ou pillage, dont ses équipes auraient été victimes, tout en notant que la zone d’intervention était étendue.

Une source policière a évoqué auprès de l’AFP samedi une «situation tendue» en début de dispositif quand la Sûreté générale (Suge), le service de sécurité de la SNCF, est arrivée pour sécuriser la zone «comme c’est souvent le cas dans ces moments»: «Il y a eu quelques jets de projectiles, mais pas de caillassage. Dans un événement complètement déconnecté, plus tard, un jeune a tenté de voler. Il a été interpellé», poursuit cette source, qui «déplore cette instrumentalisation indécente». (surlignage en rouge de ma part, parce que je suis bien d’accord avec ce qualificatif!)

Pourtant, elle n’est pas revenue sur son propos qui repose désormais sur du vent! Il est aussi peu probable que la « rédaction » des Observateurs.ch n’en ait rien su, mais cela ne l’a pas non plus découragée de reprendre mot à mot cette tribune bileuse sur son blog environs 36 heures après que les premières dénégations aient été rendues publiques.

On peut dès lors légitimement se demander pourquoi Les Observateurs.ch, qui prétendent faire la leçon au monde journalistique, continuent de colporter, près de 36 heures après sa réfutation par tous les acteurs concernés, une information infondée, issue d’un témoignage de toute évidence peu fiable. A croire que les actualités sur les difficultés de la vie en banlieue sont tellement rares qu’il n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent et se sentent obligés de sauter sur le moindre semblant d’informations permettant de dénoncer la médiocrité de la gauche!

Alors, qui sont les charognards dans cette affaire???

[Edit du 15 juillet 2013]

La réponse sur le blog Tout est politique de Seb Musset: Brétigny et les pillards de l’apocalypse.

Sinon, il y a aussi la version « Corbeaux », sur le blog de Gauche de Combat: Ami(e), entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines? #Brétigny. Je ne suis pas d’accord avec sa conclusion sur la production collective de tels individus [i.e., des casseurs, voleurs, caillasseurs, etc.], mais il est beaucoup plus lyrique que moi pour exprimer ce que ces « citoyens » d’extrême-droite ont fait de cette rumeur!

Enfin, comme il fallait s’y attendre, cette rumeur et son instrumentalisation ont fait qu’un autre aspect de cette actualité n’a pas reçu l’attention qu’il méritait, c’est-à-dire la solidarité dont ont fait preuve les habitants de la ville de Brétigny avec les victimes de ce drame et les secouristes, comme le rapporte Essonne Info:

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.