On-the-spot reaction #2-1 | Seema Jilani: My Racist Encounter at the White House Correspondents’ Dinner

Despite being a native English speaker who was born in New Orleans and a physician who trained at a prestigious institution, all people see is the color of my skin. After this incident, I will no longer apologize, either for my faith or my complexion. It is not my job to convince you to distinguish me from the violent sociopaths that claim to be Muslims, whose terrorism I neither support, nor condone. It is your job. Just like when a disturbed young white man shoots up a movie theatre or a school, it is my job, as someone with a conscience, to distinguish them from others. It’s not my job to plead with you to shake my hand without cringing, nor am I going to applaud you when you treat me with common decency; it’s not an accomplishment. It’s simply the right thing to do. Honestly, it’s not that hard.

via Seema Jilani: My Racist Encounter at the White House Correspondents’ Dinner.

Basically, stop blaming victims of discrimination for their discriminator’s incapacity of acting rationally and their tendency to take their own life frustration at other people singled out for their skin color, religious belonging and ethnic origin! This is particularly aimed at all these bigoted people who keep demanding of Muslims, any Muslims, that they systematically go politic and claim publicly their outrage at any act of violence perpetrated in the name of Islam, if they ever want these same bigoted people to ever trust them. It is time we tell all these neoconservatives and extreme-right wing intellectuals who keep using this type of argument that they are the people who actually have a problem, not the millions of Muslims who just want to live their lives without having to report every day about it!

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.