Commentaire à chaud #2-2 | Que faire des musulmans une fois le Coran interdit ? (Quelle drôle d’idée!)

twitter_5 (3)Je viens de tomber par hasard sur cet article de Christine Tasin, une des fondatrices de Riposte Laïque, qui n’a de laïc que l’adjectif, et je dois dire que j’en suis restée pantoise! Et oui, l’auteur du délire en question est quand même agrégée de Lettres! Alors, c’est certes assez joliment dit, mais des âneries, même bien tournées, restent malgré tout des âneries. Qu’elles soient accompagnées d’une belle photo de l’auteur toute pimpante n’y change rien non plus! Et il faut dire qu’il y en a une telle concentration dans cet article, que je n’ai pu m’empêcher d’y réagir!

Dumque, décidée à relever le défi que lui aurait proposé le site Boulevard Voltaire (qui porte bien mal son nom, il faut le dire), c’est-à-dire de décrire en quelques lignes ce qu’elle ferait des musulmans si d’aventure le coran était interdit en France (elle peut toujours rêver), l’une des principales pourfendeuses de l’islam en France tombe le masque et révèle à quel point les membres des nouvelles nébuleuses nationalistes-identitaires peuvent déraper de manière totalement incontrôlée! En effet, bien qu’elle ne le dise pas directement, elle propose ni plus, ni moins que de piétiner la constitution française et certains des principes fondateurs de la République pour la transformer en dictature de souche! Et ceux qui ne seraient pas contents, eh bien, ils n’ont qu’à quitter la France! Avec une telle fibre démocratique, c’est sûr que les moutons judéo-chrétiens seront bien gardés et que l’on peut compter sur des bergers comme elle pour sauvegarder la civilisation occidentale actuelle! Enfin, je ne suis pas sûre qu’ils en aient la même définition! A les écouter, on a plutôt l’impression qu’ils veulent ressusciter une civilisation judéo-chrétienne complètement fantasmée à coup de grosses ré-écritures de l’histoire!

L’islam constitue-t-il un danger justifiant des mesures d’exception antidémocratiques?

Tout d’abord, la militante de la « Reconquista » rêve à haute voix du jour où les députés français mettraient en place une commission parlementaire visant à évaluer la compatibilité entre l’islam et la démocratie. Le résultat de ces consultations ne faisant aucun doute pour Christine Tasin, le gouvernement voterait alors, en toute cohérence, une loi interdisant la pratique de l’islam en France! Mais, elle a une définition de la notion de « pratique » particulièrement large et élastique. Non seulement l’islam devrait désormais rester limité à la stricte sphère privée, mais en plus, les musulmans seraient obligés de raser les murs, puisqu’ils n’auraient même plus le droit de porter des prénoms à consonance musulmane! En d’autres termes, non seulement elle rêve d’un gouvernement qui violerait l’une des libertés fondamentales d’une partie de la population française, celle de la pratique religieuse (tant qu’elle ne cause aucun désordre et ne menace aucun autre droit fondamental), mais elle voudrait aussi que celui-ci s’immisce carrément dans l’identité personnelle d’une partie des Français en leur dictant leur choix de prénom! Est-ce qu’elle ne voudrait pas aussi envoyer des inspecteurs dans les domiciles pour s’assurer que les gens ne cuisinent pas le soir tard pendant le Ramadan? Des fois que les effluves épicées d’une cuisine d’inspiration « musulmane » risquerait de rendre l’islam trop odorant pour les voisins français de souche?

En d’autres termes, nous voyons ici une nouvelle manifestation du dévoiement de la laïcité dans un contexte de dénigrement primaire de l’islam, présenté comme un bloc dogmatique, sans aucun souci de sa réalité socio-religieuse. En effet, interdire l’expression d’une religion dans l’espace public constitue bien une violation de la loi de 1905, qui sépare assez strictement l’Etat et les Eglises. Celle-ci signifie que si une religion n’a pas le droit de s’imposer dans le processus décisionnel politique concernant le bien commun et ne peut remettre en cause la loi, les institutions politiques étatiques n’ont pas plus le droit de s’immiscer dans les affaires religieuses, dans la mesure où ces dernières ne mettent pas la population en danger ni ne contreviennent à ses droits fondamentaux. De plus, l’obligation de neutralité envers les diverses spiritualités ne lui permet pas d’en interdire l’expression de l’une d’entre elles dans l’espace public. Ce serait de la discrimination pure et simple, en contradiction directe avec la laïcité.

Naturellement, Christine Tasin me répondrait que l’islam représente un danger réel et immédiat (« A clear and present danger » pour paraphraser la doctrine de la Cour Suprême américaine, justifiant la mise sous cloche du premier amendement de la Constitution, soit celui de la liberté d’expression, en présence d’une situation exceptionnelle.) qui exige des mesures d’urgence. C’est d’ailleurs le propos de cet article et de sa prose en général. Pour s’en convaincre, selon elle, il suffit de lire le Coran, les Hadîths et les propos de la Sunna. Le problème est qu’elle confond, volontairement ou non, comme nombre d’imprécateurs contre l’islam, les textes et leur réception, ignorant royalement au passage les nombreux conflits historiques entre musulmans, qui démontrent pourtant largement que ceux-ci n’ont jamais formé un bloc homogène!

Ainsi, contrairement à ce qu’elle cherche à nous faire croire à coups de citations des textes et de faits divers, les musulmans, en Europe ou sur les autres continents d’ailleurs, n’appliquent de loin pas tous rigoureusement et strictement les prescriptions que l’on peut trouver dans le Coran ou les Hadîths, d’autant moins qu’elles peuvent être contradictoires. Et contrairement à ce qu’elle crie sur tous les toits, il existe bien une grande diversité d’interprétations des textes sacrés, de la tradition et des modalités de pratiques religieuses, et il y a de nombreuses voix pour s’élever contre l’islamisme. Mais bon, c’est certain qu’il est bien plus confortable de les ignorer ou de les déclarer insignifiantes, plutôt que de regarder la réalité en face.

En France, la grande majorité des musulmans ne pose aucun problème et on ne voit donc pas pourquoi elle devrait être prise pour cibles à cause des actes d’une petite minorité de fanatiques. C’est un peu comme si le gouvernement décidait de s’en prendre aux protestants français à cause des assassinats de médecins pratiquant l’avortement aux USA (4-5 en 10 ans) ou des homosexuels dans nombre de pays conservateurs comme l’Ouganda, par des protestants fanatiques, qui, eux aussi, cherchent à imposer une loi divine à l’ensemble de leur société, souvent par des moyens violents.

…et même un si grand danger qu’il faille piétiner les principes de base de l’état de droit?

Et puis, n’oublions pas l’islamisation galopante de la France et de l’Europe (un gros mythe mythomane comme il a déjà été largement démontré, aussi bien par des intellectuels essayistes, que par des chercheurs spécialisés, notamment celui-ci). Pour cela, il faut absolument stopper l’immigration en provenance des pays musulmans. Mais, cela ne suffit pas. Il serait aussi nécessaire de restreindre les prestations sociales aux seuls citoyens français, réduisant ainsi les migrants les plus fragiles à la misère totale, en espérant sans doute les désespérer suffisamment pour qu’ils s’en aillent d’eux-mêmes! Comme de tells décisions violeraient évidemment tout une séries de principes de base, non seulement de la loi française, mais aussi et surtout de l’Union Européenne, Mme Tasin propose rien de moins que la sortie de l’UE ou, encore mieux, de la faire exploser pour éviter qu’elle n’empêche les Français de faire la loi chez eux [nous]! Rien que ça!

Mais, ce genre de mesures antidémocratiques risquant quand même de causer quelques vagues dans la population, notamment parmi les musulmans, elle compte sur une détermination du pouvoir (notez qu’elle ne parle plus de gouvernement, mais du « pouvoir »…) sans faille pour y mettre fin. Et si cela se fait dans la violence, tant pis! Qu’est-ce quelques victimes humaines, extrémistes, précise-t-elle, pour sauver 65 millions d’habitants? Parce qu’il est évident que seuls des « extrémistes » pourraient s’opposer à de telles violations des principes de base de la République française! Pour elle, le pouvoir devra donc envoyer l’armée à chaque menace, laquelle ne devra pas hésiter à tirer dans le tas. Pas la police, mais l’armée! Et qu’est-ce qui constituera une « menace »? On ne le sait pas vraiment, mais vu le ton et le vocabulaire utilisé, on comprend qu’elle l’entend dans un sens très large. C’est certes terrible, mais il n’y aura pas d’autre solution pour calmer le jeu et imposer notre loi, dit-elle, sans cligner des yeux! Notre loi…

Or, qui est ce nous? Elle semble postuler que l’ensemble des 65 millions d’habitants seraient d’accord avec de tels dérapages juridiques, en se fondant simplement sur des sondages récents qui montreraient que nombre de français se méfieraient de l’islam. Outre qu’entre méfiance envers une religion et l’interdiction pure et simple de sa pratique en-dehors de la sphère strictement privée, il y a un sacré pas que de nombreux concitoyens ne franchiraient sûrement pas, elle oublie aussi qu’une bonne part de Français ne ressent pas de malaise particulier vis-à-vis de l’islam et qu’il y a fort à parier qu’ils n’accepteraient pas facilement non plus que certains principes de base de la démocratie soient ainsi bafoués. Cela signifie que « notre loi » désigne plutôt la loi des identitaires et des mouvements se revendiquant « Français de souche », par opposition avec tous les autres Français, qu’ils soient issus de l’immigration récente ou simplement qu’ils ne se reconnaissent pas dans ce genre de crispation identitaire. « Notre loi » ne serait donc pas forcément celle de tous les Français ou même de leur majorité et le fait qu’elle compte sur un pouvoir pour l’imposer par la violence brute et militaire s’il le faut, laisse assez mal augurer du genre de régime politique qui caractérise son rêve…enfin, son délire identitaire.

Je doute donc que l’on puisse compter sur Sainte Tasin pour défendre une des plus importantes racines de notre civilisation actuelle, à savoir un système socio-politique démocratique, basé sur un état de droit équitable et respectant les Droits de l’Homme, un autre élément fondamental de notre bagage culturel contemporain dont elle n’a, de toutes évidences, que faire.

…un si, si grand danger qu’il justifie qu’un pays démocratique se saborde lui-même?

Naturellement, la décision de la France d’interdire la pratique de l’islam, de sortir de l’UE après l’avoir fait exploser et de réprimer dans la violence tous ceux qui ne voudraient pas se plier à ce nouveau diktat, risquerait de ne pas passer inaperçu à l’international. Notamment dans les pays du Golfe, gros pourvoyeurs de pétrole. Mais, Dame Tasin reste confiante dans la capacité nucléaire de la France qui devrait lui permettre de tenir la dragée haute à ces Cheikh arrogants ainsi qu’à leurs remuants oulémas! Certes, elle oublie un peu vite que les voitures ne fonctionnent pas encore à l’énergie nucléaire, et que les centrales actuelles ne suffiraient pas pour alimenter en électricité toutes les voitures utilisées par les habitants de France, comme elle néglige complètement le fait que les plastiques ainsi que nombre d’autres matériaux essentiels à la vie moderne sont presque tous faits à base de pétrole, mais ce n’est qu’un détail. Après tout, dans le combat contre l’islam, faut ce qu’il faut! Et puis, les Français pourront toujours demander aux Russes et à d’autres pays (lesquels? Le Kazahkstan…musulman? Le Gabon, dirigé par….un musulman? Le Vénézuela….dirigé par un gauchiste dont le dernier dirigeant très populaire était un fan…d’Ahrmadinedjad?)! De toute manière, c’est très simple! Il suffit de renoncer à consommer et gaspiller abusivement pour assurer l’indépendance de la France! Yaka, yaka, yaka! Quelle jolie formule magique pour s’éviter à réfléchir dans les détails….vous savez, là où se loge le diable!

Et puis, en lançant la décroissance (car c’est bien de cela qu’il s’agit, même si elle ne le dit pas), les Français se débarrasseraient de la mondialisation en même temps que de l’islam! Car là est le véritable enjeu des identitaires à la Tasin. Il ne s’agit pas seulement de bouter l’étranger hors des frontières, mais aussi de les fermer à l’extérieur et d’assurer une pureté ethnique et socio-culturelle, seule garantie d’authenticité! Même si c’est aussi authentique que le Camembert Président ou le savon le Petit Marseillais!

De plus, cerise sur le gâteau, cette attitude bravache, pour ne pas dire brute de décoffrage et primaire, pourrait même inspirer à nouveau le respect de la France chez ces gros pleins de pétrole d’Arabes qui ne comprendraient que la manière forte! En effet, ils comprendront parfaitement notre point de vue, d’autant plus que c’est celui qu’ils appliquent chez eux, et que nous y gagnerons leur respect. Si, si vous avez bien lu. D’après maître Tasin, pour se faire respecter des gens, il faut imiter leurs pires défauts, quitte à se désavouer soi-même! Comment arrive-t-elle à de telles conclusions? Mystère et boule de gomme, d’autant plus qu’elle contredit alors lourdement tout ce qu’elle n’arrête pas de raconter de ces musulmans psycho-dogmatico-rigides qui se feraient un point d’honneur à ne jamais transiger sur leurs propres principes fondamentaux et avanceraient ainsi sur l’Occident judéo-chrétien comme une seul homme droit dans ses bottes!

….Oui, un danger si incommensurable qu’il mérite que l’on ré-écrive l’histoire pour justifier un auto-sabordage!

Quant aux citoyens français qui pourraient trouver que tout cela va un brin trop loin, il suffirait de leur répondre qu’en 1962, on a fait partir d’Algérie plus de 10% de sa population, dont la plus grande partie n’avait plus aucun contact avec la France depuis plusieurs générations! Eh oui, vous avez de nouveau bien lu! Pour Madame « l’agrégée de Lettres » Tasin, les immigrés maghrébins, issus des anciennes colonies françaises, sont des colonisateurs au même titre que l’ont été les Français en Afrique du Nord! Qu’ils n’aient pas débarqué en France sans demander la permission, les armes à la main, et n’aient massacré personne pour leur piquer leur territoire, mais soient plutôt arrivés, souvent à la demande de l’économie française, à partir des années 60, armés d’une truelle ou d’un tourne-vis pour bosser extrêmement dur sur les nombreux chantiers et dans l’industrie d’après-guerre n’a aucune espèce d’importance pour elle! Sans compter qu’elle oublie un peu facilement les Harkis qui ont servi dans les armées du colonisateur, notamment pour contrer l’ennemi nazi, et qui ont aussi dû quitter précipitamment leur pays à l’indépendance, pour se retrouver traiter comme des citoyens de 3ème zone en France pendant des décennies!

Mais elle n’est pas aussi diabolique qu’elle en donne l’impression au premier abord. Non, non, non, au contraire! Elle se veut une indécrottable optimiste, car elle est persuadée que la majorité des musulmans en France applaudiront des deux mains les mesures qu’elle préconise, puisqu’ils sont les principales victimes de l’islam! Mais oui! Puisqu’elle vous le dit! Son seul but est de les délivrer de leur archaïsme religieux, tout comme les bons colonisateurs au 19ème siècle allaient civiliser ces pauvres barbares musulmans en les envahissant et en occupant leurs pays! Vraiment, trop bonne et généreuse, l’agrégée de Lettres! Mirrrci Midame Tasine!

Conclusion…

Bref, le plaidoyer de Caroline Fourest en faveur du renforcement d’une vraie laïcité (et non pas ce maigre fanion sans consistance qu’agitent des identitaires nationalistes pour dénigrer gratuitement l’islam) et d’une République solidement juchée sur son tryptique « Liberté », « Egalité » et « Fraternité », apparaît d’autant plus clairvoyant quand on lit une prose identitaire comme celle qu’a produite Christine Tasin dans son article!

Ariane Beldi

Assise à la fois sur un banc universitaire et sur une chaise de bureau, une position pas toujours très confortable, ma vie peut se résumer à un fil rouge: essayer de faire sens de ce monde, souvent dans un gros éclat de rire (mais parfois aussi dans les larmes) et de partager cette recherche avec les autres. Cela m'a ainsi amené à étudier aussi bien les sciences que les sciences sociales, notamment les sciences de l'information, des médias et de la communication, tout en accumulant de l'expérience dans le domaine de l'édition-rédaction Web et des relations publiques. Adorant discuter et débattres avec toutes personnes prêtes à échanger des points de vue contradictoires, j'ai découvert quelques recettes importantes pour ne pas m'emmêler complètement les baguettes: garder une certaine distance critique, éviter les excès dans les jugements et surtout, surtout, s'astreindre à essayer de découvrir le petit truc absurde ou illogique qui peut donner lieu à une bonne blague! Je reconnais que je ne suis pas toujours très douée pour cet exercice, mais je m'entraîne dur….parfois au grand dame de mon entourage direct qui n'hésite pas à me proposer de faire des petites pauses! Je les prend d'ailleurs volontiers, parce qu'essayer d'être drôle peut être aussi éreintant que de réaliser une thèse de doctorat (oui, j'en ai fait une, incidemment, en science de l'information et de la communication). Mais, c'est aussi cela qui m'a permis d'y survivre! Après être sortie du labyrinthe académique, me voici plongée à nouveau dans celui de la recherche d'un travail! Heureusement que je m'appelle Ariane!

Un commentaire

  1. Ping :Commentaires à chaud #2-3 | La faute aux musulmans - Bloggo ergo cogito et sum

Laisser un commentaire (les commentaires sont modérés) | Leave a comment (comments are moderated)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.